Au mois de juillet dernier, nous avons eu le plaisir d’intervenir lors d’un séminaire pour Bose. Nous avons proposé un atelier de danse improvisation sur une après-midi, où la vingtaine de participants a pu expérimenter des moyens de communiquer différents et vivre une expérience de groupe autour de la pratique corporelle.
Nous avons demandé à Aurélie, la chorégraphe qui a accompagné le groupe de nous en dire un peu plus sur cet atelier.

Les Vibrations Créatives : Pour le séminaire Bose à quels objectifs as-tu répondu ?
 Aurélie D. : Il y avait l’idée d’apporter du bien-être, de la détente et aussi de travailler sur la communication interpersonnelle et la cohésion de groupe.

 LVC : 
Comment la danse improvisation peut renforcer l’esprit d’équipe ?

 AD : La danse-improvisation change notre perception de l’espace et en particulier de l’espace relationnel. 
Nous ne mesurons plus avec nos yeux mais avec d’autres sens (oreille interne, proprioception*…). Ainsi la question de la connexion à l’autre, de la proximité, de la communication et de la confiance peuvent s’expérimenter différemment. En dansant, je ressens davantage ce qui est moi, ce qui est l’autre, ce qu’est le groupe. 
Sortir d’un espace de pensée partagée pour ouvrir un espace de danse partagée permet à chacun de se positionner plus librement et trouver une place plus juste.

LVC : Quelles sont les particularités de ton approche ?
AD : Le travail de l’espace est ma marotte. Je parle souvent d »architecture du groupe » : où sont les fixités ou les laxités, comment les flux circulent, quelle cohérence globale ?  « Unité dans l’ensemble, tumulte dans le détail » comme dirait Le Corbusier.
Par ailleurs, j’aime m’appuyer sur l’universalité du corps (squelette, peau, muscles etc…) pour donner l’autonomie à chacun d’explorer ses sensations indépendamment de son parcours ou de ses préjugés sur la danse.

LVC :  Comment s’est déroulé l’atelier ?
AD : J’ai proposé un atelier ponctué par différents temps, permettant de répondre aux objectifs posés par le séminaire.
Un temps de circulation dans l’espace et de réveil des perceptions corporelles. Un temps de retour à soi. Nous avons également travaillé avec des draps élastiques, pour explorer différents états toniques, la tension et le relâchement, créer des lignes de forces. Mais également des temps sans draps, des jeux à deux qui travaillent sur la proprioception* et l’écoute. 
Enfin, nous avons terminé l’atelier par des « impro spectacles » : certains se mettaient en scène avec un fil directeur devant le reste du groupe. C’était très joyeux et le débriefing final positif. 

* ​proprioception : Perception, le plus souvent inconsciente, que l’on a de la position de son corps dans l’espace. La proprioception assure l’équilibre, le contrôle des mouvements et nous renseigne sur l’activité de notre corps. (On parle aussi sensibilité proprioceptive.)

Qui est Aurélie ?

Aurélie D., danseuse, chorégraphe, pédagogue, directrice
Très tôt passionnée par la danse, l’improvisation et la chorégraphie, Aurélie suit un parcours traditionnel, puis se nourrit d’autres techniques corporelles, notamment le Vinyasa Yoga et le Body Mind Centering®. Elle crée son association en 2006 après avoir collaboré avec plusieurs compagnies et développé des ateliers pédagogiques de Danse-architecture, notamment, avec la Villa Savoye de Le Corbusier.

Elle est professeur de Vinyasa Yoga diplômée de la Fédération Française de Yoga Gérard Arnaud (2008).
Certifiée en éducation somatique par le mouvement, elle est aussi praticienne en Body-Mind Centering® (2017) et propose des séances individuelles.
En 2019, elle lance un programme de formation professionnelle : DANSER L’ESPACE
Aurélie D. anime des cours de danse-improvisation, de yoga et méditation et des ateliers de danse-impro.